La chaîne de survie, indispensable dans la formation du secourisme

En raison du manque de formation en secourisme, peu sont les personnes qui reconnaissent les signes d’une victime d’arrêt cardiaque. Et s’il arrivait qu’elles en reconnaissent, la majorité ne maîtrise pas les premiers gestes à adopter face à une personne sujette à ce mal. Il est donc primordial de former le grand public sur la chaîne de survie afin d’augmenter les chances de sauver les victimes d’arrêt cardiaque.

Les symptômes d’un arrêt cardiaque

Généralement, les signes avant-coureurs d’une crise cardiaque se confondent souvent aux symptômes qu’on peut ressentir en cas de malaise passager. Pour découvrir les symptômes d’un arrêt cardiaque allez sur le site qui en parle. Cependant, en voici quelques-uns. Le sujet qui a une crise cardiaque ressent dans la poitrine, une vive douleur suivie de picotement ou brûlure avec des difficultés de respiration. Face à cette difficulté respiratoire, la victime fait une crise d’angoisse accompagnée de transpiration, de fatigue générale et même de nausée. Dans ce temps, la douleur ressentie au niveau de la poitrine commence par se propager du cou vers les mâchoires et descend dans les membres moteurs (inférieurs et ou supérieurs). La victime devient inconsciente.

La mise en œuvre d’une chaîne de survie pour sauver d’un arrêt cardiaque

La chaîne de survie est un processus qui permet de réanimer la victime d’un arrêt cardiaque. Mise en branle à temps (3 à 4 minutes), elle permet d’augmenter les chances de survie de la victime. La chaîne de survie est un ensemble d’étapes à suivre. Ainsi, face à une personne présentant les symptômes d’un arrêt cardiaque, appelez ou faites appeler les urgences (SAMU, pompier…) en décrivant minutieusement l’état de la victime. Procédez ensuite à une réanimation cardio pulmonaire en effectuant des compressions thoraciques avec les mains jusqu’à la mise en marche du défibrillateur. À l’arrivée de l’ambulance, la victime sera prise charge par l’équipe professionnelle des secouristes et conduite à l’hôpital pour des soins plus adéquats.