PÈRES PAS SI BÊTES !

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les mâles du règne animal ne brillent pas tous par leur sens aigu de la paternité. Pourtant, chez certaines espèces, le père accorde une attention toute particulière à ses petits, et joue même parfois un rôle central dans leur développement, en les accompagnant jusqu’à leur maturité, seul ou avec l’aide de la mère. 

1. LE LION

Pendant que Maman lionne chasse, c’est à Papa lion qu’incombent les responsabilités de surveillance et d’éducation des jeunes lionceaux. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre deux siestes de cinq heures, le roi de la savane prend son rôle très au sérieux, quitte à en faire un peu trop. S’il sait se montrer câlin et joueur avec ses propres petits, c’est, disons, un peu plus compliqué avec ceux des autres, qu’il a une fâcheuse tendance… à dévorer ! Soucieux d’assoir sa domination sans partage dans le groupe, il se crêpe régulièrement la crinière pour garder le plus longtemps possible auprès de lui ses jeunes lionnes en âge de procréer. Les prétendants auront alors intérêt à être suffisamment forts pour réussir à embarquer les femelles de force, sous peine de se faire massacrer. Ambiance.

2. LE LOUP

Malgré sa réputation de prédateur, le loup est un daron attentionné et protecteur. Le membre dominant qui dirige la meute, vit avec la même louve toute sa vie. C’est le seul à pouvoir avoir des petits. Lorsque la femelle met bas, elle reste dans sa tanière pendant plusieurs semaines auprès de ses louveteaux. Il monte la garde et va chasser accompagné des autres mâles de la meute pour amener la nourriture. Si dès trois semaines, la louve ingère puis régurgite la viande qu’elle partage avec ses petits, plus tard, c’est le père qui leur fournira des morceaux entiers de proies fraîches, avant de les aider à intégrer la meute.

3. LE CRAPEAU ACCOUCHEUR

S’il ne risque pas de se transformer en prince, le crapaud accoucheur d’Europe a, en véritable petit obstétricien, la particularité d’assister la femelle dans son accouchement. Il récolte les œufs, les féconde, les colle entre ses pattes arrières et les trimballe ainsi pendant plusieurs semaines pour les garder à l’abri jusqu’à l’éclosion. Seule ombre au tableau de ce père idéal : cet infatigable Dom Juan peut porter les œufs de quatre femelles différentes en même temps. Quand on aime…

4. L’HIPPOCAMPE

Dans le genre, Papa hippocampe pousse le vice jusqu’à imiter Maman kangourou. Cette étrange créature possède en effet une poche sous le poitrail, où les femelles viennent pondre leurs œufs au début de l’été. Dans le couple, la grossesse de papa a d’ailleurs l’air de convenir à tout le monde, puisque les hippocampes restent fidèles de reproduction en reproduction. On sait aussi que la mort de l’un des deux membres du couple entraîne le décès de sa moitié.

5. LE MANCHOT EMPEREUR

C’est LE daron du règne animal. Difficile de faire mieux que celui qui s’occupe de couver l’œuf pondu par sa douce pendant toute la saison en Antarctique, avec l’aide des autres papas couveurs de sa colonie.Positionnés en cercle, ils effectuent des rotations pour se tenir chaud et maintenir ensemble une température de couvaison acceptable en dépit d’un climat glacial. Et ce, jusqu’à l’éclosion de tous les œufs au Printemps. Revenues au bercail, les femelles prennent alors le relais le temps que les mâles ne rejoignent la mer, histoire de se restaurer et de recharger les batteries après un si long jeûne. Car oui, en plus, pour ne pas laisser leur œuf geler, les manchots empereurs n’avalent rien pendant deux mois ! Plus tard, c’est ensemble que maman et papa manchots éduquent leur progéniture.