L’énurésie nocturne – communément, le pipi au lit – est un trouble fréquent chez le jeune enfant, en particulier chez le garçon. Il n’en reste pas moins gênant et délicat à appréhender pour qui veut le voir cesser sans vexation. Que faire donc, si votre petit Mogwaï souffre d’énurésie au grand dam des nuits familiales ?


Sur le chemin des toilettes – dans le meilleur des cas – dans son lit ou pire, dans le vôtre où il a eu la bonne idée de se glisser en pleine nuit, il arrive que votre enfant fasse pipi sur lui la nuit. Mais qui a bien pu donner à boire trop d’eau et trop tard à mon gremlineken-pis ? Forcément, gremlineken-pis a trop bu, trop tard. Sauf qu’il n’en est rien. Tordons le cou aux idées reçues : l’énurésie a peu à voir avec la quantité d’eau avalée avant le coucher et n’est que très rarement le signe d’une maladie. C’est un phénomène normal, une émission incontrôlée d’urine, conséquence d’une maîtrise lacunaire des sphincters de la vessie. Selon les chiffres de la CPAM, cela concernerait 49% des enfants entre 3 et 4 ans, 11 % des enfants entre 5 et 7 ans et 2 à 3 % des adolescents. Parmi tous les cas d’énurésie nocturne, l’énurésie dite secondaire est d’autant plus compliquée à accepter pour l’enfant et ses parents qu’elle intervient dans un second temps, souvent entre 5 et 7 ans, après que l’enfant soit passé par une phase de propreté nocturne d’au moins six mois. S’il n’y a pas d’autres troubles associés, que les causes soient physiologiques, génétiques pour 30 à 60 % des cas, ou psychologiques, le trouble disparaît généralement spontanément, avec un peu de temps, beaucoup de patience et d’indulgence. Il n’y aurait d’ailleurs que 15 à 20 % des enfants de trois ans qui maîtrisent leur propreté nocturne. Aussi, ne soyez pas pressés, et parlez en à votre médecin si la persistance du trouble vous inquiète


CE QU’il FAUT FAIRE

  • Votre enfant n’a pas encore été propre la nuit ou pas régulièrement : PA-TIEN-TEZ ! Peut-être n’a t’il pas encore acquis la maturité physiologique suffisante au contrôle nocturne de ses sphincters.
  • Proposez-lui des exercices en journée. Faites-lui boire de larges rations d’eau et quand il ressent l’envie d’uriner, demandez lui d’essayer de se retenir 5 min, 10 min le lendemain, etc. Pendant le pipi, invitez le à stopper le jet, puis à recommencer afin qu’il prenne conscience qu’il peut contrôler l’ouverture et la fermeture de ses sphincters. 
  • Rechercher les causes de ce symptôme régressif, souvent un évènement perturbant ou vécu comme tel (naissance, décès, déménagement, séparation, mal-être à l’école…)
  • Sensibilisez-le avec tact en l’impliquant le lendemain dans le nettoyage des draps, du sol ou du pyjama. Une manière de le responsabiliser pour l’aider à vouloir redevenir propre et à reprendre le contrôle le jour d’une situation qui lui échappe la nuit.
  • Dédramatisez ! Vous pouvez vous aider d’un livre amusant comme Le Pipi de Barnabé de Christine Naumann-Villemin et Elsa Oriol (École des loisirs) ou Gros pipi  d’Émile Jadoul (Pastel).

CE QU’il NE FAUT PAS FAIRE

  • Ne réveillez pas votre enfant la nuit pour le faire uriner de manière préventive. Ça ne l’empêchera pas d’inonder son lit dans la foulée. Mais cela rompra à coup sûr le fil de son sommeil !
  • L’empêcher de boire le soir s’il a soif. Ou supprimer des aliments potentiellement diurétiques. Le problème n’est pas le niveau de remplissage de sa vessie, mais la non-perception des signaux et l’absence de maîtrise vésicale qui s’en suit et entraîne un écoulement d’urine, susceptible d’intervenir même lorsque la vessie est presque vide.
  • Ni dramatisation, ni culpabilisation ! En sur-réagissant, vous risqueriez d’encourager la chronicité d’un phénomène qui disparaît le plus souvent spontanément.
  • Ne pas traiter une énurésie avant l’âge de 5 ou 6 ans et sans l’avis d’un médecin. Un entraînement vésical et sphinctérien est généralement privilégié en première intention, avant d’envisager un éventuel soutien médicamenteux.
  • Ne pas remettre de couches à l’enfant qui le vivrait comme un échec. Une fois que la page est tournée, elle l’est, quitte à laver plus souvent les draps…

 

Articles similaires