Voyage en père inconnu

La complainte du phoque au Groenland

Après avoir survolé une mer de glace, j’atterris à Kulusuk et à peine sortie de l’aéroport, ce voyage promet déjà d’être roots : un hôtel utilise comme argument de vente ses toilettes équipées de chasses d’eau, précisant aussi que ce sont les dernières de la région. Et dire que je suis loin d’être arrivée à ma destination finale... Encore une journée de navigation au milieu des icebergs et me voilà enfin à Tasiilaq, annoncée comme la capitale du Groenland est. Avec ses petites maisons colorées éparpillées sur une colline en bord de mer, il serait plus correct de la qualifier de ‘’village’’ mais sa population de 3000 âmes constitue le plus grand rassemblement humain de la zone. Je vous avais prévenus, je vous emmène dans un coin plutôt isolé.

Darons du bout du monde

Ma vie est comparable à celle d’un oiseau migrateur voyageant d’un pays à l’autre toujours en quête d’expériences nouvelles et chaque fois plus immersives. Partout où je vais, j’essaie ainsi de partager un moment de vie avec une communauté qui vit ailleurs et surtout autrement. En dix années à sillonner le monde, j’en ai connu des hommes qui comme vous ont endossé la lourde responsabilité de père de famille. Curieusement, je les ai tous trouvés différents, et pourtant chaque fois un peu les mêmes…